Légitimement, du fait de notre culture occidentale, quand les gens lisent ou entendent "design", ils pensent directement à quelque chose de beau et d'esthétique. Or, si on regarde du point de vue de la sémantique, le design est d'abord un moyen de trouver une solution à un problème.

Ok , t’es bien gentil Guillem, mais si on regarde du côté du digital, à quoi peut bien correspondre le design ?

Du coup, le design peut prendre la forme de l’expérience utilisateur ou du design d’interface. Si on se focalise sur l’expérience utilisateur (c’est un peu le sujet de l’article …), on va résoudre un problème quelconque par le fait d’avoir une interface intuitive et claire à comprendre et utilisateur pour vous et moi.

Quelles sont donc les lois principales de l'expérience utilisateur ?

La loi de Hick (Hick-Hyman Law) ou la théorie du choix

Vous connaissez tous Netflix ou Amazon ? Et vous savez aussi que vous passez une éternité à choisir vos programmes ? Et bien c’est normal et je dirais même que c’est étudié pour cela. 

Dans les années 1950, le duo de scientifique Hick / Hyman (américain et britannique) s’est intéressé aux relations « Homme – Machine ». Plus précisément, les relations qu’il y avait entre le temps de prise de décision d’une personne et le nombre de choix qu’elle avait en face d’elle.

De cette étude en découle que, le temps de décision d’un utilisateur est fonction du nombre de choix qu’il a. Autrement dit, plus votre utilisateur aura du choix, plus il prendra du temps pour prendre une décision.

La loi de Fitt

C’est une loi mathématique modélisée en 1954. Elle permet de mettre en évidence l’utilité d’une zone cible par rapport au temps nécessaire pour atteindre cette zone sur une interface donnée. 

D’un point de vue design qu’est ce que ça représente ? Et bien cela signifie que pour l’utilisateur, plus une zone est simple d’accés, plus elle sera utile et facile à utiliser.

C’est pour cela que vous aurez des boutons plus larges pour les actions importantes et impactantes.

La loi de Jakob

C’est une loi qui puise dans les habitudes intellectuelles de l’être humain. Vous avez dû remarquer que tous les sites e-commerce ou les sites vitrines se ressemblent les uns avec les autres. C’est normal, c’est la loi de Jakob. 

Les gens ont l’habitude de voir les sites web ou les interfaces d’une certaine manière, avec des éléments positionnés à certains endroits, etc.

Le designer doit donc conserver ce modèle et ne pas sortir des sentiers battus sous peine de perdre l’utilisateur.

La loi de Miller

Cette loi fait référence à la mémoire de l’être humain. George A. Miller (psychologue américain) a remarqué que l’être humain peut mémoriser facilement plus ou moins 7 éléments sur une même suite.

Si on prend cette loi comme référentiel, le designer aura tout intérêt à regrouper les infos qui sont semblables, afin de faciliter la lecture pour l’utilisateur et favoriser l’expérience utilisateur.

D’un point de vue pratique, on va :

  • regrouper des numéros de téléphones plutôt que garder une grande suite
  • regrouper les champs d’un formulaire qui sont semblables
  • mettre des espaces pour le numéro de CB
  • etc.

La loi de Parkinson

Selon Cyril Northcote parkinson : « La durée de n’importe quelle tâche augmentera jusqu’à ce que tout le temps disponible soit consommé. »

En partant de ce postulat, le designer devra faire en sorte de faciliter au maximum la vie de l’utilisateur en lui rationalisant ses tâches et son parcours utilisateur.

Si on prend le cas d’Amazon, ils proposent l’achat en 1 clic :

Leave a Reply